Le snesip cfe-cgc pour la branche loisirs vacances
Vous êtes ici : Accueil / Blog / CFE-CGC

La grande conférence sociale

25 juin
25 juin 2013 à 17h33
 ou l'erreur d'intitulé !
Pour la CFE-CGC, cette conférence sociale saison 2 n'aura pas été la conférence de l'emploi mais celle de la formation, essentiellement celle des demandeurs d'emplois, afin de modifier artificiellement les chiffres du chômage !
C'est une occasion manquée : les mesures annoncées ne vont pas permettre de créer ou de recréer du travail en France. La CFE-CGC avait demandé dans chaque rendez-vous préparatoire à la conférence, un vrai plan de relance de l'emploi, pas une simple feuille de route mais des actions concrètes et immédiates. Dans ce sens, ses propositions étaient nombreuses :
Revoir l'impôt sur les sociétés(IS) : actuellement les TPE et PME payent en moyenne 27 % d'IS pendant que les grands groupes du CAC 40 sont aux environs de 6 à 8 %. Cette concurrence déloyale n'est plus acceptable. Il s'agit, sans opposer les tailles d'entreprises, de redonner de l'oxygène aux TPE et PME pour qu'elles puissent de nouveau embaucher.
Rajouter deux nouveaux critères pour l'obtention du crédit impôt recherche : le dépôt de brevet en France et le développement de la filière de production en France. Aujourd'hui des groupes licencient et délocalisent leur production alors qu'ils ont touché des centaines de millions d'euros de crédit impôt recherche. La CFE-CGC craint, sans action volontaire du gouvernement, une multiplication de ces opérations. Ces licenciements ne sont pas des licenciements économiques mais stratégiques ! La CFE-CGC demande, de toute urgence, un bilan des effets du crédit d'impôt recherche.



Lire la suite...

Rapport Moreau

18 juin
18 juin 2013 à 16h27
Les retraités et les jeunes ciblés !
La Commission pour l’avenir des retraites, dans son rapport remis le 14 juin au Premier ministre, propose des mesures de court et de long terme.
 Pour le court terme, rétablir l’équilibre financier du système de retraite à l’horizon 2020 consiste pour l’essentiel à faire payer les retraités !
 La commission suggère :
 • D’une part, d’augmenter les impôts des retraités (hausse de la CSG, fiscalisation de la majoration pour enfants, suppression de l’abattement de 10 % sur les pensions). Elle invite ainsi le président de la République à revenir une fois de plus sur son engagement de ne pas accroitre la pression fiscale.
 • D’autre part, de sous indexer pour une durée limitée les pensions, mesure faussement présentée comme transitoire, car il est bien évident que la diminution des pensions occasionnée ne sera jamais rattrapée, ni par les retraités actuels, ni par les retraités futurs. De plus, conformément à l’esprit du temps, la désindexation ne toucherait que les retraités assujettis à la CSG, qui se verraient ainsi appliquer une double peine.
 
Lire la suite...

Renégociation assurance chômage

11 juin
11 juin 2013 à 11h08
Les salariés de l’encadrement méritent eux-aussi un médiateur
Un médiateur a été désigné pour rediscuter du délai de carence applicable aux intermittents.
Puisque l’accord assurance chômage que nous n’avons pas signé va être « aménagé » pour les intermittents, la CFE-CGC demande que ce médiateur nous entende sur le délai de carence qui a été porté à 6 mois pour les salariés et qui est particulièrement punitif pour les salariés encadrants que nous représentons.
 
Lire la suite...

Quotient familial

06 juin
06 juin 2013 à 16h58
Les classes moyennes paient l’addition !
Le couperet est tombé : l’arbitrage du président de la République en matière de politique familiale remet en cause son engagement. Celui d’en finir avec les augmentations d’impôt en 2014.
Une fois de plus, et contrairement aux promesses, les classes moyennes font les frais d’un revirement chiffré à un milliard d’euros :
  • Nouvelle baisse du plafond du quotient familial. Ce quotient a été créé non seulement pour encourager la natalité mais aussi pour assurer l’équité et la neutralité de l’impôt au regard de la situation familiale du ménage. La nouvelle baisse du plafond à 1 500 euros par « demi-part d’enfant à charge » pénalise 1,3 million de ménages !
  • Suppression de la réduction d’impôts pour frais de scolarité dans le secondaire.
  • Réduction de 50 % des aides à la naissance (allocation de base de la PAJE) pour les ménages dont les ressources dépassent un certain plafond (3 250 euros pour un couple mono actif ; 4 000 euros pour un couple biactif ou personne isolée).
Lire la suite...

Taxe sur les Hauts salaires

28 mai
28 mai 2013 à 15h08
ou comment faire supporter à l'entreprise
et à ses salariés les excès de quelques-uns !

Il n'y aura pas de loi sur la limitation des salaires des dirigeants dans les entreprises privées. La CFE-CGC peut admettre cette décision gouvernementale puisque que ce n'est pas à l'État de décider du bon niveau de rémunération d'un dirigeant d'une entreprise privée. Elle préférerait cependant un contrôle efficace et décisionnel donné aux actionnaires, un vrai "Say on pay".
Alors qui va payer ? L'entreprise… qui va voir ses résultats baisser d'autant. Ce qui n’est pas très bon pour la compétitivité et donc pour l'emploi. La CFE-CGC y voit un risque de délocalisation des équipes dirigeantes vers d'autres cieux fiscalement plus cléments.
 
Lire la suite...

UNEDIC

23 mai
23 mai 2013 à 15h56
Déficit record pour chômage record
Tant que la croissance n’est pas au rendez-vous, l’UNEDIC ne peut que revoir ses prévisions financières et c’est ce que qui s’est passé hier.
Sur des anticipations de croissance revues à la baisse pour 2013 à -0,2 % et même avec une prévision plus optimiste de +0,7 % pour 2014, les destructions d’emploi se poursuivent.
Face à ce constat, l’UNEDIC a dû revoir pour 2014 ses prévisions qui s’affichent désormais à 24,1 milliards de déficit à fin 2014, après un premier chiffre record qui devrait être conforme aux prévisions pour 2013 de 18,5 milliards de dettes consolidées.
 
Lire la suite...

Medecine du Travail

14 mai
14 mai 2013 à 15h24
La dérive des employeurs
L’indépendance des médecins du travail gène les employeurs. Ceux-ci prétendent saisir le Conseil de l’Ordre des médecins comme ils peuvent le faire depuis une modification législative introduite par le gouvernement précédant !
Ainsi, plusieurs employeurs n’acceptent pas les constats de médecins du travail sur les effets délétères de certaines conditions de travail sur la santé des salariés. Ils ont saisi l’Ordre des médecins arguant que les médecins du travail ne pouvaient constater que des effets médicaux sans établir de lien avec la situation professionnelle.
Leur comportement nie gravement la mission et le rôle du médecin du travail qui est de détecter les situations dangereuses pour les salariés afin de les aider à faire reconnaître leurs droits. Un peu comme si on interdisait à un cardiologue de parler du tabac à un patient qui a un infarctus parce que l’industrie cigarettière fait pression !
 
Lire la suite...

Qualité de vie au travail

02 mai
02 mai 2013 à 15h22
Les employeurs pensent-ils aux salariés ?
Dans la négociation en cours, la CFE-CGC a exprimé sa volonté de traiter de l’organisation et des conditions du travail. Pour l’instant, il n’a été abordé que ce qui gravite « autour du travail », les organisations syndicales s’étant retrouvées sur cette demande exprimée clairement et consensuellement.
Lorsque l’on compare la qualité du dialogue social dans les 27 pays européens, la France se situe parmi les derniers, tant sur les conditions de travail, que sur l’organisation, les méthodes et le respect de l’équilibre vie professionnelle et vie familiale.
 
Lire la suite...

Chômage

26 avr
26 avril 2013 à 15h20
Triste record
23e mois consécutif, le record de janvier 1997 battu, 36 900 chômeurs de plus sur le dernier mois et une hausse de 40 % de chômeurs en un an : c’est un signe décourageant, un symbole de perte de compétitivité de notre économie.
C’est la souffrance des licenciés abasourdis et la crainte des salariés de Pôle Emploi de ne pas être à la hauteur de ce tsunami.
La CFE-CGC met tous ses espoirs dans les nouveaux outils qui se mettent en place : emplois d’avenir, contrat de génération et sécurisation de l’emploi. Mais leur opérationnalité ne sera pas immédiate tandis que les PSE en cascade se préparent dans la métallurgie, l’industrie…
 
Lire la suite...

Epargne salariale

22 avr
22 avril 2013 à 15h13
Récupération sur l’épargne salariale
Manger son blé en herbe ?
Relancer la consommation est indispensable, nul ne peut le contester. C’est un des principaux leviers pour une croissance positive.
Pour dynamiser cette consommation atone, le gouvernement a décidé de permettre la récupération de 20 000 euros maximum sur les Plans Épargne d'Entreprise (ou PEI, PEG). La CFE-CGC s’interroge…
Cette mesure sera-t-elle efficace ?
Au regard des mesures similaires du passé, il a été constaté que les deux-tiers des retraits ne finançaient pas des achats de biens de consommation, mais étaient simplement transférés sur d'autres produits d'épargne.
 
Lire la suite...