manifestation le snesip se mobilise

L'encadrement des stages étudiants

09 juin 2014 à 11h11
A confirmer…
Les recours abusifs aux stages ont poussé le législateur à élaborer une proposition de loi pour mieux encadrer les stages et améliorer le statut des stagiaires.
Pour la CFE-CGC, cette proposition doit être approfondie pour améliorer de manière significative le statut des stagiaires. Certes la durée des stages est limitée à 6 mois et ils devront s’intégrer à un cursus pédagogique scolaire ou universitaire. Le stagiaire aura aussi accès aux titres-restaurant ou au restaurant d’entreprise dans les mêmes conditions que les salariés de l’entreprise d’accueil. Leurs frais de transport devront également être pris en charge. Pour finir, les stagiaires devront être inscrits au registre du personnel dans une partie spécifique. Ce sont des avancées non négligeables.
 
Mais la CFE-CGC souhaite que la proposition soit plus ambitieuse.
La  petite amélioration envisagée de leur gratification (de 12,5 % du plafond de la sécurité sociale à 15 % de ce plafond) pour les stages de plus de deux mois, ne prendra effet qu’à compter de septembre 2015 ! Dommage ! 
Les autres améliorations envisagées sont suspendues à la publication de décrets. C’est le cas de la limitation du nombre de stagiaires par entreprise, du nombre de stagiaires par tuteur, du nombre de stagiaires suivi simultanément par un même enseignant référent.
Par ailleurs, seule la durée maximum du temps de travail sera  applicable aux stagiaires, sans aucune référence à la durée légale du temps de travail.
On le voit, il reste encore des marges de progrès pour que les périodes de formation en milieu professionnel permettent aux jeunes d’acquérir des compétences en mettant en pratique leur formation, ce qui permettrait aux entreprises de recruter les jeunes diplômés et d’assurer ainsi leur compétitivité, leur montée en gamme.