Le snesip cfe-cgc pour le Port de Lorient
Vous êtes ici : Accueil / Blog

La grande conférence sociale

25 juin
25 juin 2013 à 17h33
 ou l'erreur d'intitulé !
Pour la CFE-CGC, cette conférence sociale saison 2 n'aura pas été la conférence de l'emploi mais celle de la formation, essentiellement celle des demandeurs d'emplois, afin de modifier artificiellement les chiffres du chômage !
C'est une occasion manquée : les mesures annoncées ne vont pas permettre de créer ou de recréer du travail en France. La CFE-CGC avait demandé dans chaque rendez-vous préparatoire à la conférence, un vrai plan de relance de l'emploi, pas une simple feuille de route mais des actions concrètes et immédiates. Dans ce sens, ses propositions étaient nombreuses :
Revoir l'impôt sur les sociétés(IS) : actuellement les TPE et PME payent en moyenne 27 % d'IS pendant que les grands groupes du CAC 40 sont aux environs de 6 à 8 %. Cette concurrence déloyale n'est plus acceptable. Il s'agit, sans opposer les tailles d'entreprises, de redonner de l'oxygène aux TPE et PME pour qu'elles puissent de nouveau embaucher.
Rajouter deux nouveaux critères pour l'obtention du crédit impôt recherche : le dépôt de brevet en France et le développement de la filière de production en France. Aujourd'hui des groupes licencient et délocalisent leur production alors qu'ils ont touché des centaines de millions d'euros de crédit impôt recherche. La CFE-CGC craint, sans action volontaire du gouvernement, une multiplication de ces opérations. Ces licenciements ne sont pas des licenciements économiques mais stratégiques ! La CFE-CGC demande, de toute urgence, un bilan des effets du crédit d'impôt recherche.



Lire la suite...

Rapport Moreau

18 juin
18 juin 2013 à 16h27
Les retraités et les jeunes ciblés !
La Commission pour l’avenir des retraites, dans son rapport remis le 14 juin au Premier ministre, propose des mesures de court et de long terme.
 Pour le court terme, rétablir l’équilibre financier du système de retraite à l’horizon 2020 consiste pour l’essentiel à faire payer les retraités !
 La commission suggère :
 • D’une part, d’augmenter les impôts des retraités (hausse de la CSG, fiscalisation de la majoration pour enfants, suppression de l’abattement de 10 % sur les pensions). Elle invite ainsi le président de la République à revenir une fois de plus sur son engagement de ne pas accroitre la pression fiscale.
 • D’autre part, de sous indexer pour une durée limitée les pensions, mesure faussement présentée comme transitoire, car il est bien évident que la diminution des pensions occasionnée ne sera jamais rattrapée, ni par les retraités actuels, ni par les retraités futurs. De plus, conformément à l’esprit du temps, la désindexation ne toucherait que les retraités assujettis à la CSG, qui se verraient ainsi appliquer une double peine.
 
Lire la suite...

Renégociation assurance chômage

11 juin
11 juin 2013 à 11h08
Les salariés de l’encadrement méritent eux-aussi un médiateur
Un médiateur a été désigné pour rediscuter du délai de carence applicable aux intermittents.
Puisque l’accord assurance chômage que nous n’avons pas signé va être « aménagé » pour les intermittents, la CFE-CGC demande que ce médiateur nous entende sur le délai de carence qui a été porté à 6 mois pour les salariés et qui est particulièrement punitif pour les salariés encadrants que nous représentons.
 
Lire la suite...

Quotient familial

06 juin
06 juin 2013 à 16h58
Les classes moyennes paient l’addition !
Le couperet est tombé : l’arbitrage du président de la République en matière de politique familiale remet en cause son engagement. Celui d’en finir avec les augmentations d’impôt en 2014.
Une fois de plus, et contrairement aux promesses, les classes moyennes font les frais d’un revirement chiffré à un milliard d’euros :
  • Nouvelle baisse du plafond du quotient familial. Ce quotient a été créé non seulement pour encourager la natalité mais aussi pour assurer l’équité et la neutralité de l’impôt au regard de la situation familiale du ménage. La nouvelle baisse du plafond à 1 500 euros par « demi-part d’enfant à charge » pénalise 1,3 million de ménages !
  • Suppression de la réduction d’impôts pour frais de scolarité dans le secondaire.
  • Réduction de 50 % des aides à la naissance (allocation de base de la PAJE) pour les ménages dont les ressources dépassent un certain plafond (3 250 euros pour un couple mono actif ; 4 000 euros pour un couple biactif ou personne isolée).
Lire la suite...