manifestation le snesip se mobilise
Vous êtes ici : Accueil / Blog

Projet de loi « pour la liberté de choisir son avenir professionnel »

02 mai
02 mai 2018 à 08h42
la CFE-CGC très circonspecte
Sur sa partie formation professionnelle la reprise en main du système par l’État ressemble fort à une étatisation. Par ailleurs, le projet fait un certain nombre de paris basés sur des principes qui ne paraissent pas évidents pour la CFE-CGC, notamment le quadripartisme et l’autonomie des personnes sur l’achat de formation.
Pour réussir, il faudra que ces choix prouvent leur pertinence, leur efficacité, leur efficience.  Ce qui est rarement une chose facile pour les agences d’État si on en croit les rapports de la cour des comptes.
Pour la CFE-CGC, il y a une certitude cela prendra du temps, entre 5 et 10 ans, afin de voir les effets positifs de cette loi.
En effet, pour que le nouveau système fonctionne, il faudra créer de la confiance entre les acteurs du quadripartisme et disposer de temps pour que les entreprises et les salariés s’approprient les nouveaux dispositifs.  
 
Lire la suite...

Accord sur le chômage

09 mars
09 mars 2018 à 11h19
La CFE-CGC signataire de l’accord interprofessionnel sur le chômage.
Lors de son comité directeur du 5 mars, la CFE-CGC a décidé à l’unanimité de signer l’accord national interprofessionnel sur l’assurance chômage qui :
  •        Ouvre la possibilité à un salarié de démissionner et d’être indemnisé par l’assurance chômage afin de se former dans le cadre d’une transition professionnelle. C’est un droit nouveau, encadré pour en maitriser le coût.
  •         Oblige l’ensemble des branches professionnelles à négocier d’ici fin 2018 pour maitriser les contrats courts et la dérive financière associée.
  •         Conforte la gestion paritaire de l’assurance chômage.
 

 
Lire la suite...

Transfert des cotisations sociales salariales vers la CSG

08 mars
08 mars 2018 à 11h21
Une duperie pour les salariés.
Le transfert des cotisations sociales salariales vers la CSG est présenté par le gouvernement comme une mesure de gain de pouvoir d’achat pour les salariés. Le Premier Ministre le rappelait encore le 6 janvier dernier : « avec notre politique, le travail paie ».
Alors que les négociations salariales annuelles sont en cours dans de nombreuses entreprises, l’argument du gain de pouvoir d’achat induit par ce transfert s’avère largement utilisé de manière avouée ou cachée, en particulier dans les grandes entreprises, pour justifier des propositions de politique salariale très modestes et insuffisantes pour compenser l’inflation et permettre les augmentations salariales accompagnant les évolutions de carrière.
La publication des résultats 2017 des grands groupes français fait globalement ressortir des résultats financiers en forte hausse (+21%) et des propositions de dividendes en augmentation. Alors que les perspectives économiques s’améliorent, la CFE-CGC dénonce une telle exploitation du dispositif gouvernemental qui confine à la duperie : Le gain de pouvoir d’achat promis aux salariés est réduit à zéro, le transfert ne faisant que compenser la hausse de l’inflation, et se retrouve versé aux actionnaires des grandes entreprises.
 

 
Lire la suite...

La formation professionnelle

06 mars
06 mars 2018 à 11h16
La CFE-CGC signataire de l’Accord National Interprofessionnel sur la formation professionnelle
Lors de son comité directeur du 5 mars, la CFE-CGC a décidé à une large majorité de signer l’accord national interprofessionnel sur la formation professionnelle.
En effet la CFE-CGC a porté beaucoup d’éléments dans cette négociation et la plupart ont été pris en compte.
L’accord sur la formation professionnelle :
  • Met en place un conseil en évolution professionnelle (CEP) financé de manière pérenne.
  • Renforce les droits des actifs en majorant de manière significative le compte personnel de formation (CPF), qui passe d’un droit de 24h par an à 35h, ce droit étant entièrement à la main des individus.
  • Garde un fond de transition professionnelle mutualisé pour ceux qui souhaitent se réorienter au cours de leur vie professionnelle.
  • Instaure le principe de négociations de branches et d’entreprises pour abonder le CPF des salariés afin d’encourager le co-investissement dans les compétences.
  • Renforce le pouvoir des branches professionnelles tant sur les observatoires prospectifs des métiers et des compétences que sur les certifications, avec des moyens prévus pour assurer ces missions.
  • Transforme fortement le paysage de l’alternance, en actant le passage à un paiement au contrat des centres de formation professionnelle (CFA) et un rapprochement des contrats d’apprentissage et de professionnalisation.
  • Renforce la qualité, la gouvernance et la coordination de toutes les instances de la formation professionnelle avec une efficience fortement améliorée.
Lire la suite...

Les 20 mesures pour l’apprentissage :

12 fév
12 février 2018 à 11h07
Pour la CFE-CGC, un socle est un cadre pour la négociation de la formation professionnelle.
Les mesures annoncées par le gouvernement le 9 février 2018 sont le plus souvent des mesures pragmatiques.
Elles répondent aux préoccupations des apprentis (pré apprentissage, permis de conduire, qualité du maitre d’apprentissage...) et des entreprises (financement, gestion des contrats...) mais également d’attractivité et de visibilité via la mise en place et la valorisation des campus des métiers.
De plus, cela engage une transformation sur l’information des familles et des jeunes, pierre essentielle pour permettre un choix éclairé.
 
 
Lire la suite...

Assurance chômage

05 fév
05 février 2018 à 11h12
La CFE-CGC dit non à l’exclusion de l’encadrement de la nouvelle allocation d’aide au retour à l’emploi projet !
Alors que ce nouveau dispositif est fait pour faciliter les transitions professionnelles des personnes qui ont un projet professionnel, dans les discussions qui ont eu lieu le 1 février 2018, l’encadrement en serait exclu de fait. Il serait réservé uniquement aux personnes ayant au maximum le bac sauf à vouloir se reconvertir dans l’artisanat !
 

 
Lire la suite...

La négociation sur la définition de l’encadrement est enfin ouverte !

21 déc
21 décembre 2017 à 10h36
La CFE-CGC se félicite de l’ouverture de la négociation interprofessionnelle sur l’encadrement qu’elle appelle de ses vœux depuis longtemps. Le précédent accord sur le sujet date de 1983 et nécessite d’être actualisé et adapté aux nombreuses évolutions techniques, managériales, sociétales et des modes d’organisation de l’activité économique.
Les salariés de l’encadrement sont ceux qui contribuent significativement au processus de prise des décisions engageant le fonctionnement et l’efficacité des entreprises, petites et grandes. Par leurs compétences et leurs responsabilités dans les champs technique et managérial, ils sont les piliers de la performance économique et sociale des entreprises.
Face à la désaffection croissante d’un nombre de plus en plus élevé de salariés vis-à-vis de la prise de responsabilités en entreprise, il y a une attente forte des personnels d’encadrement et une nécessité impérieuse pour les entreprises à redonner le désir de s’engager : C’est tout le sens de cette négociation.
 
 
Lire la suite...

Formation professionnelle : début d’un chantier titanesque

29 nov
29 novembre 2017 à 11h57
La première réunion de négociation sur la formation professionnelle a permis de valider la méthodologie de travail et d’échanger sur la philosophie du compte de développement personnel.
La CFE-CGC se réjouit que les différents acteurs aient à peu près la même vue sur :
  • Les capacités de ce futur compte (choix individuel, partie mutualisée pour permettre des reconversions, possibilité d’abondements...et que l’unité de stockage ne soit pas l’euro).
  • L’accompagnement dont l’accès doit rester gratuit pour tous les actifs et implémenté de façon territoriale.
 
 
Lire la suite...

La CFE-CGC négociera la transformation de la formation professionnelle

16 nov
16 novembre 2017 à 10h20
La CFE-CGC partage l’objectif d’accompagner la transformation du pays via un investissement massif dans les compétences des salariés.
La CFE-CGC négociera cette transformation afin que ce nouveau système permette réellement aux salariés d’être des acteurs éclairés pour bâtir leur parcours professionnel en toute sécurité.
Il faut toutefois souligner que l’opérationnalité de certains pans du système à construire ne semble pas évident, notamment dans un temps si contraint,  contenus de certains impératifs  (disparition du Congés individuel de formation ; suppression de la notion d’heure pour le CPF), d’injonctions paradoxales (sélectivité/ouverture ; rapidité / qualité ; gestion de la complexité / simplicité d’accès)  ou bien du  flou sur le financement du dispositif universel (Compte Personnel de Formation) dans la lettre de  cadrage.
 
La CFE-CGC ira dans cette négociation pour :
  • qu’un système de transition professionnel mutualisé perdure,  pour permettre des transitions longues pour tous les salariés. Ces formations longues  doivent se faire sur le temps de travail pour  éviter que les salariés soient obligés de passer par la case chômage pour se former.
  • qu’un  accompagnement performant existe afin de ne pas laisser les salariés seuls face à un outil informatique  pour s’orienter.
  • de poser la première brique d’une authentique prise en compte du capital humain en abordant les nécessaires questions de son développement et de l’accroissement de sa valeur par les compétences.
  • clarifier le financement du CPF en fonction de la population bénéficiaire (salarié du privé, salarié du secteur public, indépendant).
 
 
Pour la CFE-CGC, la gestion de la transition, et donc du temps imparti pour la mise en œuvre réussie  de ces transformations, sera primordiale.
 
 
Lire la suite...

Télétravail

20 juin
20 juin 2017 à 09h02
Concertation sur le « développement du télétravail
et du travail à distance » 
: La CFE-CGC approuve les conclusions.
La CFE-CGC entend soutenir l’encadrement, acteur majeur de l’organisation et de l’utilisation du télétravail, dans la mise en œuvre de ce mode d’organisation du travail.
Trouver un équilibre entre souplesse dans l’organisation de son travail et nécessité de sauvegarder un collectif de travail, est un impératif qui nourrit la philosophie de la CFE-CGC sur le télétravail.
La CFE-CGC affirme que des évolutions sont nécessaires sur la définition du télétravail, sur la mesure de la charge mentale de travail, ainsi que sur la formation des acteurs et l’organisation que cela sous-tend.
Plus particulièrement, il est indispensable d’accompagner l’encadrement de proximité dans la mise en place opérationnelle du télétravail (maintient d’un collectif de travail, management à distance, …), afin qu’il puisse assumer son rôle de responsable hiérarchique et d’animation.
Par ailleurs, la CFE-CGC ne transige pas avec la santé des salariés et s’oppose au fractionnement des temps de repos. Elle propose de négocier une plage de travail élargie qui permette le fractionnement du temps de travail.
La CFE-CGC réitère par ailleurs son souhait de voir s’ouvrir une négociation interprofessionnelle sur le télétravail, qui n’est qu’une marque visible de l’évolution numérique de notre économie sur notre façon de travailler.
 
Lire la suite...